L’année 1784 : droit et philosophie de l’histoire
XIIe Congrès international de la SEKLF
Johannes Gutenberg-Universität, Mayence, Allemagne, 28 septembre-1er octobre 2015

Le présent volume, L’année 1784 : droit et philosophie de l’histoire, rassemble les conférences plénières et communications présentées lors du XIIe Congrès International de la Société d’Études Kantiennes de Langue Française, qui s’est tenu du 28 septembre au 1 er octobre 2015 à la Johannes Gutenberg-Universität de Mayence.

Résumé

La philosophie de l’histoire, la pensée du droit et de la politique ainsi que la définition des Lumières, que l’on rencontre notamment dans les opuscules Qu’est-ce que les Lumières? et L’idée d’une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique, de même que dans le cours sur le droit naturel dit « Feyerabend », respectivement publiés et dispensé en 1784, demeurent aujourd’hui encore d’une grande actualité, en particulier dans la mesure où ces textes recèlent les principales thèses de Kant relatives au développement intellectuel et moral de l’humanité, à l’émergence d’un espace de discussion publique et à l’élaboration politico-juridique d’une paix durable entre les hommes, respectueuse de leur diversité culturelle et religieuse.

Auteurs

Ont collaboré à ce volume : M. AmatR. AramayoG. P. BasileL. BaumannA. BragantiniD. BurksA. CarranoM. CastilloR. CroitoruG. D’AlessandroN. Danilkina, B. Dörflinger, C. Doude Van Troostwijk, A. FaldutoJ. FerrariJ.-M. Ferry, B. Geonget, S. Grapotte, D. Heidemann, M. Hotes, D. Hüning, M. Hulshof, P. R. Jesus, M. Keinert, D. Lang, É. Lefort, G. Lejeune, M. Lequan, D. Lories, G. Lorini, M. MareyM. L. Mello Oliveira CacciolaH. Panknin-Schappert, C. PichéT. Prunea-BretonnetM. Rampazzo BazzanL. Rennó Ribeiro Santos, C. SabourinG. Sadun BordoniN. Sánchez Madrid, D. Sardinha, S. Schlüter, F. Seyler, G. Zöller

L'ouvrage est disponible aux Éditions Vrin : accéder à l'ouvrage

Table des matières 

LISTE DES ABRÉVIATIONS                  7

Discours d’ouverture par Jean Ferrari                  9

CONFÉRENCES PLÉNIÈRES

  • Monique Castillo. Comment l’Idée kantienne d’histoire prévoit-elle, en 1784, sa propre réalisation ?                  15
  • Bernd Dörflinger. Les aspects juridiques et éthiques de l’idée kantienne de la paix                  27
  • Jean Ferrari. Ordre de la nature et désordres de l’histoire                  41
  • Jean-Marc Ferry. Pour une critique reconstructive de la raison historique                  59
  • Dietmar Heidemann. Finalité et historicité de la raison dans la philosophie de l’histoire de Kant                  73
  • Mai Lequan. La critique kantienne de la fiction trompeuse des bergers d’Arcadie dans l’Idée de 1784                  89
  • Gianluca Sadun Bordoni. 1784 – l’année fatidique                  103

PHILOSOPHIE DE L’HISTOIRE

  • Giovanni Pietro Basile. L’idée kantienne de l’Université et le progrès des Lumières                  121
  • Lutz Baumann. Qu’est-ce que les lumières ? (1784) et la pensée transcendantale. Un petit tour d’horizon                  131
  • Giuseppe d’Alessandro. L’histoire pour le philosophe et l’historien : Kant et Schlözer                  139
  • Chris Doude van Troostwijk. L’herméneutique critique de Kant dans l’histoire universelle : entre sémiologie et théologie protestante                  149
  • Brigitte Geonget. Progrès et perfectionnement dans l’Idée. Au-delà de la détermination naturaliste de l’humanité                  159
  • Dieter Hüning. Esprit de commerce, droit et paix dans la philosophie de l’histoire de Kant                 169
  • Maurício Keinert. L’Idée d’une histoire : les conflits de la raison                  177
  • Guillaume Lejeune. L’immortalité de l’espèce peut-elle valoir comme postulat de la raison pure pratique ?            185
  • Helke Panknin-Schappert. Le spectateur de la grande scène du monde. Fil conducteur a priori et preuve historique          195
  • Claude Piché. La philosophie kantienne de l’histoire et la ruse des Lumières                  205
  • Nuria SÀnchez Madrid et Macarena Marey. Kant et le droit en 1784 : la formation de l’obligation juridique dans le cours « Naturrecht Feyerabend »                  215
  • Diogo Sardinha. Nature, action et émancipation dans la Réponse à la question : Qu’est-ce que les Lumières ?                  225

PERSPECTIVES KANTIENNES

  • Matthieu Amat. La validité des idées régulatrices en histoire. La position de Georg Simmel entre néokantisme et « Philosophie du comme si »                  237
  • Attilio Bragantini. « Une histoire de l’humanité dans le tout de sa destination » : Kant contre Herder                  247
  • Antonio Carrano. À propos de l’origine de l’histoire : entre Kant et Schiller                  257
  • Antonio Falduto. Nécessité partout ? Kant et Ulrich sur la liberté de l’action et le déterminisme                  267
  • Marco Rampazzo Bazzan. Sapere aude et Doctrine de la science. Les résurgences de la devise kantienne des Lumières dans les cours de Fichte à l’Université de Berlin                  273
  • Frédéric Seyler. La médiation du droit : Le « modèle de 1784 » (Kant) et le « modèle de 1806 » (Fichte)                  283

PHILOSOPHIE DU DROIT ET PHILOSOPHIE POLITIQUE

  • Roberto Aramayo. La perspective juridico-politique de l’usage pratique de la raison dans les opuscules kantiens de 1784                  295
  • Monique Hulshof. Le concept de « souverain » dans les Fondements et les leçons Naturrecht Feyerabend                  305
  • Paulo Renato Jesus. La construction du « règne des fins » : épigénèse infinie de la liberté et de la justice                  313
  • Danielle Lories. De l’ « insociable sociabilité » au sensus communis                  323
  • Gualtiero Lorini. Le dialogue entre droit et religion dans la conception kantienne de l’État. Un regard diachronique                  333
  • Maria Lúcia Mello e Oliveira Cacciola. Les limites des Lumières : politique et liberté chez Kant                  343
  • Günter Zöller. « Lois de la liberté ». Autonomie et conformité à la loi dans le Naturrecht Feyerabend de Kant                  351

KANT SUR LE PROGRÈS DE L’HUMANITÉ

  • Sophie Grapotte. La notion de « fin en soi » (Zweck an sich) en 1784                  363
  • Maria Hotes. La face cachée du progrès : amitié et sociabilité chez Kant                  373
  • Dimitri Lang. La Civitas Dei ou l’idéal d’une société au-delà du droit chez Kant                  383
  • Tinca Prunea-Bretonnet. Kant et Mendelssohn sur la question « Qu’est-ce que les  Lumières ? »                  393
  • Charlotte Sabourin. Les critiques au service du progrès : Kant et l’usage public de la raison en politique                  401
  • Stephan Schlüter. L’actualité du programme cosmopolitique de l’histoire de l’éducation de Kant et son lien avec la Stoa                  411

KANT ET LES LUMIÈRES. ASPECTS ANTHROPOLOGIQUES

  • Deven Burks. Usage public normalisé ou anormal – Kant et les Lumières face à Jeffrey Stout                  423
  • Rodica Croitoru. Les Lumières et l’insatisfaction sceptique de la raison pure                  433
  • Natalia Danilkina. Nouvelles Lumières et néo-kantisme juridique en Russie                  439
  • Élisabeth Lefor. Penser un humanisme critique (vide) avec et contre Kant : lecture croisée de Kant et de Lefort                  447
  • Leonardo Rennó Ribeiro Santos. À propos d’une source négligée de la notion kantienne des Lumières : la Leçon Menschenkunde sur l’anthropologie                  457


Table des matières                  465

 .